Critique Magnum PI saison 1 épisode 1 : fuir, fuir, fuir moustache !

0

À l’idée d’un remake de Magnum PI, on ne saisissait pas bien. En regardant le pilote, on ne comprend toujours pas comment CBS a eu l’audace de sortir ça…

Copie conforme. Vétéran d’Afghanistan, Thomas Magnum troque ses galons d’officier pour mener des enquêtes privées tout en squattant le garage d’un ami milliardaire. La solidarité militaire mis à part, l’épisode de Magnum PI sert d’introduction pour nous montrer que tout est pareil, de son équipe de potes inutiles, à sa Ferrari ou à la bague de Lorraine en passant par le générique. Ah le générique… quel florilège du mauvais goût. Comprendre par là qu’est reprise la musique de Ian Freebairn-Smith sur laquelle sont greffées des images de la nouvelle série et des cartons typographiques des années 80. Pour une parodie l’effet serait réussi, ici on fronce les sourcils. La voix-off de Jay Hernandez remplace celle de Tom Selleck mais continue de nous irriter au plus haut point alors que l’enquête, risible, s’initie.

Quel intérêt ? Si le paysage bien connu de Magnum PI était là pour apporter quelque chose de nouveau, on comprendrait. Mais la seule véritable nouveauté tient dans la féminisation du rôle du majordome Higgins. L’Alfred sarcastique de la version de 1980 devient une ancienne agent du MI6 au charme ravageur dans ce reboot. Un love-interest criant son évidence dans un show qui tente d’allier l’humour bas de plafond aux scènes d’action rocambolesques et ridicules, un Fast and Furious aux effets spéciaux vomitifs et filmé avec les pieds. Se prenant au sérieux en abandonnant les chemises hawaïennes, la série s’enterre, alors qu’à jouer avec le ton de la parodie ou du second degré, on aurait pu passer un bon moment. Alors quand en plus le nouveau PI ne porte plus la moustache, c’est décidé, on va aller vomir un bon coup.

La saison 1 de Magnum PI est diffusée sur CBS.

Advertisement
(Visited 1 times, 2 visits today)

Avis

2 Fuir, fuir moustache
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Entre deux passages sur le billard pour ressembler à l’arme X, ce créateur marginal allie réalisation, illustration et graphisme à l’écriture pour s’évader vers une galaxie lointaine. À l’affut de toute image mouvante, sa passion pour le cinéma et les séries ne s’estompe que pour fragguer quelques noobs.

Réagissez !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.