Justice League, The Defenders… êtes-vous team Aerosmith ou team Nirvana ?

Les classiques du rock sont-ils une plus-value pour vendre des films de super-héros ? Des titres au fort accent « cool » qui se succèdent sur les promos comme par exemple dans les trailers de Justice League (Come Together, signée Aerosmith), de Thor : Ragnarok (Immigrant Song, de Led Zeppelin) ou encore de The Defenders (Come as you are, version revisitée de Nirvana).

Argument marketing devenu majeur, ces titres sont utilisés dans les bandes-annonces pour attirer le chaland : un morceau entraînant et identifiable donnera l’impression que le film est « fun », à l’image de l’utilisation de Bohemian Rhapsody de Queen dans Suicide Squad. Pourtant, impossible de retrouver cet outil dans l’oeuvre, ou alors il est mal exploité, contrairement aux Gardiens de la Galaxie, où la bande-son s’intègre au scénario. Pour la grande majorité des cas, l’esprit du titre promu ne se retrouve pas dans le film promis, laissant au mieux un goût de frustration, au pire un léger sentiment d’arnaque.

D’autant que cette méthode se retrouve désormais dans d’autres genres de film, à l’image d’Atomic Blonde, avec Killer Queen de Queen dans sa première bande-annonce.

Justice League sortira en salles le 15 novembre prochain.

About Author

Laurent Pradal

Leave A Reply