[Critique] White Gold saison 1 : un Loup de Wall Street précipité

0

Sortie dans l’indifférence générale sur Netflix, White Gold a connu un joli petit succès lors de sa diffusion sur la BBC, à tel point qu’une saison 2 a été confirmée. Il faut dire que la série a des qualités, même si elle s’est trop pressée pour les montrer.

Les requins des années 80. Mecs en costards qui rançonnent les plus manipulables de leurs concitoyens, machisme et regard face à caméra pour expliquer pourquoi c’est le monde pourri idéal… on se croirait presque dans Le Loup de Wall Street. Mené par un fantastique Ed Westwick (Chuck dans Gossip Girl), le show est mené à cent à l’heure avec un humour incisif et incroyablement cynique. Les prédateurs mangent les brebis puis s’entre-dévorent et nous… on compte les points.

Série sous cocaïne. Quand on a que 6 épisodes de 25 minutes pour convaincre, autant y aller franco ! Que ce soit en terme de rythme, de phrasé ou de twists, White Gold accélère sans cesse comme si elle avait toujours un regard sur sa montre. Résultat on se sent presque bousculer par la série et le développement de l’histoire et de nos anti-héros en pâtit, ne nous laissant jamais le temps d’apprécier une situation. Pour la prochaine saison on prescrira un bon gros Lexomil.

White Gold saison 1 est disponible sur Netflix

Advertisement
(Visited 272 times, 20 visits today)

Avis

6.5 Ralenti frangin !
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Réagissez !