[Critique] Truth : le prix de la vérité sans Gorge Profonde

Lorsqu’au détour d’une scène on déplore l’absence d’un nouveau Gorge profonde (le scandale du Watergate) on touche au cœur du problème de Truth : le prix de la vérité : son manque d’intérêt.

Sans aucune méchanceté envers le long métrage de James Vanderbit, cette enquête autour de la véracité du passé militaire du président américain intéresse autant que le nombre de Pepito dans l’estomac du nôtre. Et sans sujet, pas de journaliste et de là pas vraiment de film.

À contrario de Spotlight, ici la personne prime sur le combat et Cate Blanchett se croit chez Woody Allen en mode dépression et des potes. Mal lui prend de chercher du soutien auprès de Robert Redford qui se croit à la parade, « sois beau et ne fais rien de plus » comme on dit. Truth n’est pas un désastre pour autant, il y a du rythme et de la mise en scène. Il s’agit juste d’une œuvre totalement inoffensive. Toute vérité n’est pas bonne à dire, encore moins à montrer.

Truth, le prix de la vérité sort le 6 avril 2016

Avis

4 Rien à raconter
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply