[Critique Livre] Land Rover, un art de vivre : un beau livre par et pour les passionnés

0

« Avec un Land Rover, on a bien plus qu’une voiture, on a une vie de couple. Ce sont des histoires au volant, des traces indélébiles dans le sable (…) »

Conçu dans la campagne anglaise en 1948, le Land Rover n’a ensuite cessé de s’exporter jusqu’à la fin de sa production en 2016. Ce beau-livre aux photos captivantes nous emmène à la rencontre de propriétaires passionnés à travers le monde.

Une trentaine de portraits. Harald Schmitt, photographe six fois récompensé du World Press Photo Award, nous raconte la naissance de son amour pour cette voiture mythique. Puis, de l’Islande au Kenya en passant par l’Inde ou l’Alsace, d’autres propriétaires se succèdent pour nous livrer ainsi un morceau de leur vie. Et qu’ils soient agriculteur, viticulteur, entrepreneur, médecin ou encore vétérinaire, tous partagent la même passion pour ce véhicule tout-terrain qui ne recule ni devant l’eau, ni devant la boue, le sable ou la neige !

Un public ciblé ? Évidemment, ce n’est pas un livre que l’on va offrir à quelqu’un qui ne voue aucun intérêt particulier à cette voiture – que l’on croise assez rarement en France – ou qui préfère la Citroën 2CV ! Encore que, la beauté des photos (qui s’étalent parfois sur double-page) et des paysages a de quoi fasciner. D’autant que celles-ci sont nombreuses et présentées de manière originale et variée ; ce qui rend le livre digeste et véritablement agréable à parcourir.

Land Rover, un art de vivre, est paru le 15 novembre 2017 aux Éditions Glénat.

[Critique Livre] Land Rover, un art de vivre un beau livre par et pour les passionnés

© Éditions Glénat

Advertisement
(Visited 92 times, 10 visits today)

À propos de l'auteur

Mélina Hoffmann

Les rubriques littérature et théâtre : c'est moi ! Je suis une rédactrice qui ose (mettre sa vraie photo ! C'est déjà ça.) J'aime les beaux mots, les belles histoires, les belles rimes, et les G Squad. Mon livre préféré ? Oui-oui à la plage, sans hésiter. Pour le suspense. Surtout à la fin, quand le château de sable...

Réagissez !