Critique Empathie : la clé de notre survie ?

Empathie est un documentaire passionnant et ludique qui aborde la cause animale et le véganisme de manière décalée et redoutablement efficace.

Empathie est le documentaire le plus réussi que nous ayons vu jusqu’à présent sur la cause animale et l’impact de notre consommation d’animaux pour nous nourrir, nous vêtir, nous maquiller ou encore pour nos loisirs. Prix du Public au Greenpeace Film Festival, il nous transmet avec beaucoup de simplicité et de manière captivante des informations essentielles que nous ne pouvons plus nous permettre d’ignorer.

Un contenu pédagogique et ludique

3000 animaux par seconde meurent pour la consommation humaine ; 115 millions servent de cobayes dans le monde chaque année ; 80 millions sont tués pour leur peau… Ce documentaire – et c’est sa principale force – s’adresse à nous de manière très simple et stimulante. Pas de jargon incompréhensible, de propos moralisateurs, d’enquêtes à l’autre bout du monde ou d’images traumatisantes. Le contenu est très riche et se concentre sur ce qui nous parle directement à nous, dans notre quotidien, dans notre manière d’être et de consommer. C’est chez nous que ça se passe, dans notre cuisine, dans nos placards, dans nos lieux de sorties… Impossible ainsi de ne pas se sentir concerné.

Le documentaire dont Monsieur tout le monde est le héros !

L’idée de « confronter » avec bienveillance des personnes engagées pour une cause à d’autres plus sceptiques – ou simplement pas sensibilisées – n’est pas nouvelle. On se souvient du documentaire choc L’illusion verte, qui avait brillamment utilisé ce procédé pour nous sensibiliser à la protection de l’environnement et aux pratiques soi disant « éco-responsables ». Et Empathie est d’autant plus crédible et efficace qu’il ne nous montre pas la conversion nette et sans bavure d’un carnivore au véganisme. En effet, Ed est chargé de faire un documentaire pour sensibiliser l’opinion publique à ce sujet qui n’a absolument rien de familier pour lui ! Son cheminement ressemble donc à celui que chacun d’entre nous – encore étranger à ces problématiques – pourrait entreprendre.

C’est donc petit à petit que le spectateur se sensibilise, en même temps que lui. On suit ses questionnements, ses doutes ; mais aussi ses prises de conscience, la remise en cause de ses habitudes de consommation et de son mode de vie. Et les idées reçues volent ainsi en éclats, en même temps que les fausses « bonnes raisons » de ne pas changer…

Critique Empathie2

Une seule et même cause : la vie

On le sait, l’industrie de la viande est la première cause du réchauffement climatique. Mais si vous pensez que les problématiques de l’élevage intensif ne concernent que les animaux, que celles de l’environnement ne concernent que l’état de la planète, et que ces deux causes sont moins importantes que les problématiques humaines telles que la faim dans le monde, vous risquez de bien vite perdre vos illusions. Car une fois que l’on sait que 30% de l’eau douce est utilisée à l’élevage des animaux alors que 4000 enfants par jour meurent de n’avoir pas accès à l’eau potable, on comprend vite que ces causes sont intrinsèquement liées. Et ce n’est bien sûr là qu’un exemple.

Âmes sensibles, rassurez-vous !

En général, le problème avec ce genre de documentaire c’est qu’ils sont remplis d’images que nous ne sommes pas tous capables d’encaisser sans qu’elles ne viennent ensuite hanter nos nuits… C’est même d’ailleurs pour cela qu’on les évite parfois… Mais rien de tout cela ici ! Pas besoin de tourner la tête de temps à autre pour échapper à l’horreur. Et même mieux que ça : Empathie nous prouve qu’il est possible d’interpeler avec force sans qu’il ne soit nécessaire de montrer ce genre d’images. À la place, on nous montre un groupe d’amis aux point de vue variés en train de regarder des videos de tout ces abus. Et leurs réactions et commentaires sont suffisants pour nous toucher et nous faire prendre conscience de la cruauté qui se joue – sous leurs yeux donc. Ingénieux.

Critique Empathie3

Entre interviews et enquêtes de terrain

Et puis, ce qui contribue à rentre ce reportage rythmé et à maintenir intact notre niveau d’attention, c’est la diversité de son contenu et des formats qu’il utilise. En effet, on alterne entre de courtes interventions de philosophes, psychologue, vétérinaire, éleveur, sportif de haut niveau, ou encore scientifique marin ; des visites commentées d’élevage intensif, d’animalerie, de zoo, de tannerie ou encore de ferme pro vegan ; des animations ; ou encore des conversations informelles lors de repas entre amis. L’info nous parvient ainsi de manière vivante, étayée de points de vue divers, et jamais culpabilisante.

Mais d’où vient ce manque d’empathie ?

Pourquoi, même en connaissant les conditions misérables d’existence des animaux d’élevage et en condamnant ces pratiques inhumaines, il reste difficile de changer ses habitudes de consommation ? Ce film fait le choix d’expliquer plutôt que de juger. Et en cela, il nous offre des pistes de réflexion quant au lien que nous entretenons avec les animaux. Croyez-nous ou pas, il parvient même à nous convaincre que l’alimentation végane est bien moins ennuyeuse et pauvre qu’on l’imagine ! Ce qui est plutôt chouette en soi car, lorsqu’on apprend par exemple que les poules pondent 300 œufs par an dans les élevages alors qu’elles devraient naturellement n’en pondre que 12/14 par an, on comprend que même être végétarien n’est finalement pas si « suffisant » que ça…

Empathie, sorti en salles le 21 avril 2021.

Critique Empathie

Avis

10 À voir absolument !
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Amoureuse des mots et des émotions, vous retrouverez ma plume ici - dans les rubriques théâtre, littérature, et cinéma - et ailleurs... ! Écrivain, globe-trotter, passionnée par la vie, tout est pour moi prétexte à l'inspiration et à la créativité. Viens, je t'emmène...

Leave A Reply