Critique De Gaulle : Résistant au grand cœur

Habitué à réaliser des films et documentaires portant sur le deuxième 21ème siècle, Gabriel Le Bomin ne s’était jamais intéressé d’aussi près au Général De Gaulle, jusqu’à aujourd’hui.

A travers son oeuvre, il tente de dresser le portrait de celui qu’il appelle le De Gaulle illégitime commençant à organiser la résistance depuis Londres. L’occasion pour le réalisateur et co-scénariste d’aborder le général sous un angle plus intime.

Lors de la séance, nous revivons donc le début de la Deuxième Guerre mondiale au prisme de la famille de Charles De Gaulle. Une bien riche idée, permettant au grand public de découvrir qu’une de ses filles était atteinte de trisomie. Vraisemblablement très proche de sa petite Anne, de ses deux autres enfants et de sa femme, nous percevons une douceur qui contraste avec l’homme militaire imposant que nous pensions connaitre.

Critique De Gaulle : Résistant au grand cœur
©SND

Si Gabriel Le Bomin « [assume]l’espace de la fiction à l’intérieur de la rigueur historique« , il nous propose peut-être une vision trop romancée, voire trop héroïque du général. Il est en effet présenté comme un patriote, un mari et un père parfait, dans un scénario beaucoup trop lisse pour être vrai. Ce film constitue donc un très bel hommage à ce grand homme de l’histoire de France sans nous convaincre pleinement sur le fond. En résulte un biopic parfois longuet qui peine à se rendre palpitant pour nous tenir de bout en bout.

Lambert Wilson n’a pas dit son dernier mot

On remarquera néanmoins l’analogie intéressante entre la fin de carrière de Pétain et de De Gaulle. Ce dernier ne comprend pas les choix du maréchal, décrit comme un vieil homme n’étant plus en adéquation avec la façon de penser de son époque (Une sorte de « Ok, boomer » qui pourrait également s’appliquer à Lambert Wilson après sa réaction concernant le départ d’Adèle Haenel lors de la 45ème cérémonie des César). C’est finalement ce qui arrivera au général quelques années plus tard alors qu’il est devenu président de la République.

Critique De Gaulle : Résistant au grand cœur
©SND

Pour porter le long-métrage, le réalisateur peut compter sur la performance de son acteur principal. Parfaitement grimé, il a également su prendre la posture et la prestance du général pour l’interpréter à merveille. Lors de la reconstitution de l’appel du 18 juin 1940 (très peu entendu sur le moment) certains d’entre vous pourront avoir des frissons tant Lambert Wilson a travaillé son élocution. Reproduisant cette fameuse « voix d’autorité qui ne tremble pas« , ses paroles nous ont dès lors plongés avec panache dans un des moments les plus marquants de notre Histoire.

De Gaulle sort en salles le 4 mars 2020.

Avis

7 Mes respects mon général
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Marie

Leave A Reply