[Critique] Braqueurs un peu branques

Dans la lignée d’Antigang, Braqueurs est la première véritable incursion de Julien Leclercq dans le film d’action pur jus. Dommage que le réalisateur cumule les maladresses.

Braqueurs contre dealers, l’affiche nous promettait de belles choses et avec le rappeur Kaaris en méchant, on avait une « gueule » prête à en découdre avec un Sami Bouajila taciturne. Mais malgré une introduction alléchante, cette « civil war » ne dure que le temps de deux battements de paupières. Trop courte pour avoir véritablement d’impact. Pourtant elle est suffisamment longue pour se rendre compte des trop grandes facilités prises avec le scénario. On a plusieurs fois l’impression de louper un épisode et on ne se retrouve pas devant les meilleurs.

Reste la mise en scène efficace de Leclercq, notamment lors des séquences de braquages, pour sauver un peu l’ensemble. Et puis saluons également cette volonté de vouloir doter le cinéma français de films d’action plus décomplexés avec encore beaucoup de défauts, mais des qualités.

Braqueurs sort le 4 mai 2016

Avis

5 De l'idée mais peu de résultats
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply