[Critique Blu-Ray] Foxcatcher, mélancolie américaine

Pinterest LinkedIn Tumblr +

En pleine ère Reaganienne, Mark Schultz est tout récemment auréolé d’un prix olympique de lutte. Pourtant, le mutisme du jeune homme s’impose sous l’ombre bienveillante de son frère Dave, lui aussi lutteur. Lorsque John Du Pont – philanthrope au comportement nappé de mystère – prend Mark sous son aile, les choses lentement dérapent.

La languissante mélancolie qui parcourt l’œuvre de Bennett Miller plane au-dessus de Foxcatcher avec une saveur nouvelle. Froide et distante lorsqu’elle renoue avec Truman Capote, la voilà s’insinuant harmonieusement au sein d’un jeu de pouvoir à la surface immédiatement accessible. Pour cela Miller, virtuose du cadre, resserre sa vision apocalyptique des relations humaines en trois personnages des plus fascinants.

Le trio de cette malheureuse basse-cour entretient des rapports ambivalents dont la complexité obsède bien au-delà du seul visionnage. Hanté par les excroissances faciales grotesques de Steve Carrell, le spectateur assiste fasciné à ce jeu de sape malsain dont on ressort perplexe mais secoué. Rajoutez-y une maligne allégorie sur un certain échec idéologique américain et vous obtenez un long-métrage majeur.

Foxcatcher sort le 20 Mai en Blu-Ray et DVD, auréolé de son prix de la mise en scène cannoise 2014.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.