Critique Le Poirier sauvage : fresque majestueuse

0

La longue fresque (3h08), Le Poirier sauvage, du cinéaste turc Nuri Bilge Ceylan – déjà vainqueur de la Palme d’or pour Winter Sleep – vient chambouler l’esprit du spectateur avec un chef-d’œuvre sur les désillusions d’un jeune homme qui se rêve écrivain et qui revient vivre chez ses parents après ses études.

L’art du dialogue. Tel un road-movie sans voiture, le jeune homme se confronte à différentes personnes qui permettent de mieux saisir sa vision de la vie. À ce petit jeu, le cinéaste livre une démonstration sensationnelle de ce qu’est écrire des lignes de dialogue toutes plus brillantes les unes que les autres.

L’art de la réalisation. Comment faire un film aussi long sans ennuyer ? De nombreux réalisateurs se sont cassés les dents, mais pas Ceylan. En alternant l’humour, le drame et les réflexions philosophiques, tout en proposant un montage fluide avec de superbes transitions, il est difficile de détourner le regard. De plus, cette durée inhabituelle apporte de la densité au récit et de la complexité aux personnages. Ainsi, on a le droit à un genre de film qu’on croyait disparu des cinémas : la fresque grandiose.

Le Poirier sauvage sort le 08 août 2018 chez nous.

Retrouvez tous nos articles consacrés au Festival de Cannes 2018 ici

Advertisement
(Visited 1 times, 1 visits today)

Avis

9,5 Superbe
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.