Test Borderlands 3, une gémellité trop marquée ?

La série des Borderlands, incontournable depuis 2009 est de retour avec la menace des jumeaux Calypso. Mais avec cette géméllité, Borderlands 3 n’a t-il pas trop de gènes similaires aux précédents épisodes ?

Un bon pédigree

Borderlands 3, RPG en vue FPS, reprend en grande partie ce que ses prédécesseurs avaient initié, notamment au niveau de ses environnements. Le style graphique cartoon aux contours noircis et aux modèles 3D stylisés n’a pas changé.

Après une introduction sur Pandore, tu pourras ainsi visiter de nombreuses planètes, en commençant par Prométhée, zone où Atlas a découvert la première Arche, élément moteur de l’intrigue de la série. Les environnements beaucoup plus variés que lors des précédents épisodes changent agréablement des déserts de Pandore. Tu pourras t’aventurer dans la ville de Meridian sur Promethée, dans les jardins japonais d’Athèna, dans la jungle d’Eden 6… Malgré les améliorations, on note quelques bugs d’affichage et surtout de synchronisation labiale.

Test Borderlands 3, une gémellité trop marquée_BL3
©Gearbox Software

Dans Borderlands 3, la généalogie, ça compte !

De même, on retrouve les anciens personnages comme lors des précédents épisodes. Sont présents les personnages des jeux TellTales ou de the Pre-Sequel, avec de nouvelles têtes. En effet, cette fois-ci, la menace s’incarne dans les jumeaux Calypso. Ces derniers ont rallié les clans de bandits dans une secte dédiée aux Descendants de l’Arche. Gearbox Software exploite ainsi les thèmes du fanatisme et des influenceurs.

La narration s’avère plus un prétexte à l’exploration et à la castagne qu’autre chose. Cependant elle a le mérite d’approfondir l’univers et de nous faire découvrir de nouveaux personnages attachants et de nouvelles arches.

BL3 : de nombreux environnements, jusqu'aux plages de sable fin
©Gearbox Software

Nouvelles contrées, nouveaux challenges

Ainsi des ennemis charismatiques inédits font leur apparition, plus variés avec de nouveaux points faibles/forts à découvrir. Les développeurs explorent la même approche que lors de leurs précédentes productions en améliorant les mécanismes déjà exploités.

Le challenge ne change pas beaucoup : combattre les sbires jusqu’à un boss. Si les scénaristes proposent des quêtes différentes dans leur forme, elles restent les mêmes dans leur fond : beaucoup de farming. Mais l’ambiance s’avère toujours aussi fun et énergique.

Au niveau du gameplay, s’ajoutent aux coups de base, tir premier et secondaire, corps à corps, la glissade et le saut lourd. Les butins s’avèrent plus variés, avec armes à tir alternatif, aux effets décalés, accompagnés de bons bruitages.

Amara la sirène, Zane l’opérateur, Fl4k le maître des bêtes et Moze l’artilleuse possèdent chacun plusieurs arbres de talents plus vastes et plus personnalisables. Ainsi, chaque personnage peut être décliné en trois versions différentes. Une personnalisation que l’on retrouve également au niveau de l’apparence des personnages, de l’attirail et des véhicules.

Tu pourras te faire la main sur de nouveaux moyens de transport à perfectionner via du car jacking. Des ajouts appréciables face à une Intelligence Artificielle améliorée, notamment au niveau de la mise à couvert et du déplacement.

Autre ajouts confortables, la possibilité de faire le plein de munition d’une pression à la boutique, l’utilisation du voyage rapide et la carte en 3D.

Test Borderlands 3, une gémellité trop marquée
©Gearbox Software

La famille, les amis, les indispensables

C’est clair qu’un vilain c’est bien, deux c’est encore mieux ! Idem pour le jeu, Borderlands 3 sera toujours plus sympa à parcourir à plusieurs que seul. Ainsi, Gearbox en plus du solo, de la coopétition, propose désormais de la coopération. L’ensemble est très bien géré, stocké sous forme de partie personnelle que d’autres joueurs peuvent rejoindre.

Une autre sauvegarde concerne vos personnages, que l’on peut faire évoluer parallèlement. On conserve le butin acquis par le héros, et l’on peut virer d’une partie à l’autre avec. Rejoindre une game se fait facilement. Un chat ingame permet de communiquer sans forcément avoir le vocal. L’interface sociale permet également de suivre la progression de nos amis.

BL3 : FL4K, son Skag mord le postérieur ennemi
©Gearbox Software

La chasse forever

Il te faudra environ 42 heures de jeu pour finir l’intrigue principale. S’ajoutent ensuite l’option « chasseur ultime » et des modes chaos. Le niveau maximum est pour le moment 50, mais les développeurs ont pensé à la poursuite de l’aventure comme lors des précédents épisodes. Tu peux accéder ensuite aux niveaux gardien. Les niveaux de Brutasse disparaissent au profit de jetons à dépenser dans trois arbres supplémentaires de talents, qui eux même débloquent des récompenses.

Pour continuer encore l’aventure, le mode arène, est toujours présent avec sept épreuves aléatoires de vagues d’ennemis à dézinguer. Régulièrement, notamment pour les 10 ans de la saga, on peut découvrir des quêtes évènements. Autant dire qu’on n’en a pas fini !

Si certains points deviennent désormais lourds (farming…) avec Borderlands 3, cet épisode conserve toujours une attractivité forte, un contenu riche et un humour loufoque. On l’aura savouré comme les autres !

Avis

8.5 Toujours aussi tripant !

Borderlands 3 est sorti le 13 septembre 2019 sur PC, PlayStation 4, Xbox One, puis sur Stadia en novembre.
Test réalisé sur PC.

  • Graphismes 8
  • Bande-son 9
  • Gameplay 8
  • Originalité 6
  • Multijoueur 10
  • Durée de vie 10
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Ida Gonthier

Leave A Reply