[Test Blu-Ray] Magic in the Moonlight, Woody enchanté

Chaque année cinématographique est égayée par la présence immédiatement reconnaissable de Woody Allen. Gratifié d’une nouvelle muse en la lumineuse grâce d’Emma Stone, Allen plonge dans la bourgeoisie innocente des années 20 avec Magic in the Moonlight.

À 80 ans, voilà le cinéaste s’interrogeant avec une malice d’enfant sur le pouvoir de croire aux choses les plus irrationnelles. Avec une science toujours éclatante du dialogue, il transmet sa volontaire crédulité avec une savoureuse légèreté. Mieux, il trouve en Colin Firth une inédite et formidable manière de faire vivre la figure Allenienne, monstrueusement cynique et touchante à la fois.

On ne peut pourtant pas qualifier la grammaire cinématographique du cinéaste d’audacieuse, comprimée entre des plans statiques et une photographie aux petits soins. L’alchimie de cet improbable duo n’est pas toujours non plus évidente et le final manque d’intensité. Mais en l’état, voilà une sucrerie au savoir-faire de grand chef dans le haut du panier brinquebalant des derniers Woody.

 Magic in the Moonlight est disponible en Blu-Ray et DVD.

Avis

8.2 A découvrir

Woody Allen l'a toujours revendiqué: l'avancée technologique ne l'intéresse pas. Il fait d'ailleurs sien l'adage qui dit "qu'il vaut mieux un bon mono qu'un mauvais stéréo". Pas de panique néanmoins, les deux propositions sonores en DTS-HD 5.1 se montrent discrètes et subtiles à la fois. La lumineuse photographie signée Darius Kohndji est retranscrite avec une réelle efficacité par ce transfert blu-ray au poil.

En revanche, se doit-on de juger la partie suppléments du disque? L'absence de tout bonus est une habitude imposée par le cinéaste lui-même et Magic in the Moonlight ne déroge pas à la règle. Décevant donc mais inévitable.

  • Film 7.5
  • Image 9
  • Son 8
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

2 commentaires

  1. Avatar

    Je trouve vos critiques souvent trop nuancés, balançant toujours entre deux bords. Un avis plus sur et plus tranché ne serait pas de luxe.

  2. Avatar
    Allan Blanvillain on

    Sur certains films on le fait, mais on trouve souvent que de nombreux films comportent de bonnes comme de mauvaises choses et on trouve important de souligner les 2 car derrière il y a une centaine de personnes qui travaillent dessus et tout travail mérite d’être saluer 😉

Leave A Reply