Peter Jackson – Critique Créatures célestes : L’enfance de l’art

Créatures célestes voit l’incursion de Peter Jackson dans le drame après trois brillants long-métrages fortement dosés en hémoglobine. Retour sur la carrière du réalisateur néo-zélandais à l’occasion de la ressortie en version restaurée de ses quatre premiers films.

Créatures célestes renoue avec la douceur des années 50 après avoir servi d’écrin pour son chef d’oeuvre de zombies Braindead. Peter Jackson, malgré le changement radical de genre opéré entre ses deux films, entend cependant toujours dynamiter cette époque trop prude en s’intéressant à l’histoire vraie d’un fait divers réellement survenu en Nouvelle-Zélande en 1954 . Deux adolescentes liées par une amitié passionnée avaient tué la mère de l’une d’entre elles qui voulait leur interdire de se voir. Son quatrième long-métrage fut auréolé d’un succès critique et l’adoubement de festivals autre que ceux dédiés au films de genre avec le prestigieux Lion d’Argent obtenu à la Mostra de Venise, en plus de la révélation de Kate Winslet, alors promise à une grande carrière.

Peter Jackson - Critique Créatures célestes : L'enfance de l'art
© Miramax Films

Le carcan des années 50 permettait ainsi à Braindead d’éclater bien plus que les convenances imposées par le film de genre, dont Peter Jackson avait su brillamment s’emparer et même complètement exploser. Créatures célestes poursuit ainsi la même voie, car le metteur en scène choisit, au delà de tout jugement moral, de suivre ces deux protagonistes dont l’amitié ne respectait alors aucune norme. Une amitié au-delà des règles qui permet à ses deux personnages de s’enfuir, loin d’une époque hypocrite, et de magnifier le quotidien dans des visions aussi poétiques que travaillées, confirmant ainsi l’amour de Peter Jackson pour un cinéma toujours aussi référencé.

La tragédie du créateur

Émaillant son film de visions propres à l’héroic-fantasy, avec l’amour du bricolage vu dans ses trois précédents longs-métrages, ornées d’une quantité de sang cette fois moins impressionnante, le metteur en scène se permet même d’y inclure ni plus ni moins qu’Orson Welles. Sauf que Créatures célestes est cette fois-ci une déclaration d’amour non pas au cinéma mais aux rêveurs, aux créateurs et aux artistes dont l’art incarne bien plus qu’une distraction, étant un véritable échappatoire à une réalité bien trop terne.

Ces deux personnages, véritablement habités par Melanie Lynskey et Kate Winslet, ne sont ainsi ni plus ni moins que des femmes en avance sur leur temps dont la création est le seul refuge d’une époque rejetant leur imagination débordante, n’y voyant qu’une pathologie répréhensible, vision hypocrite et réductrice d’une époque malade. Leurs rêves étant leur seule raison d’exister ensembles, ils prendront alors vie dans le sang d’un quotidien morne qui les séparera à tout jamais.

Créatures célestes est alors bien plus que l’incursion référencée d’un cinéaste surdoué dans un autre genre très codifié. Il paraît alors comme une tragédie du créateur, qui à défaut de ne pouvoir transformer le monde dans lequel il vit, s’y résoudra avec désespérance dans le sang, seule encre indélébile qui réécrit instantanément un quotidien dont on ne peut s’échapper. Aussi beau que déchirant, Peter Jackson ajoute une autre créature céleste à sa filmographie.

Créatures célestes est disponible en DVD avant une ressortie en 4k sans date annoncée pour le moment.

Critique écrite par Kantain.

Avis

75%
75%
Fantastique
  • User Ratings (0 Votes)
    0

About Author

Kantain

Cinéphile tout-terrain, mes quatre roues motrices me permettent une exploration culturelle loin des sentiers battus.

Leave A Reply