[Critique] Paddington : Stuart Little mal léché

Tout droit sorti de nos souvenirs d’enfance pour prendre le chemin du grand écran, Paddington, le plus mignon des oursons, s’apprête à vous charmer pour Noël. Une comédie familiale à la sauce british nous rappelant une certaine souris.

Un animal parlant adopté par une famille humaine, un petit bout de CGI entouré d’acteurs véritables, Paddington pourrait s’apparenter à un cousin de Stuart Little. Même univers, même ambiance, différenciés par le talent de Paul King à la mise en scène où le décor en devient un personnage à part entière. Difficile de ne pas succomber à ce petit ours brun adorable et rigolo.

Un constat au final presque dommageable au regard du potentiel latent de Paddington, se contentant de plaire aux enfants tout en esquissant un sous-texte plus adulte. Une timidité scénaristique symbolisée par des sporadiques références truculentes, malheureusement jamais réellement assumées jusqu’au bout.

En résulte une sorte d’hybride maladroit se positionnant comme un sympathique film du dimanche. L’ourson manque un peu de poil de la bête, mais ravira les bambins et c’est tout ce qu’on lui demande.

Paddington sort le 03 décembre 2014

Avis

7 A voir
  • User Ratings (1 Votes) 6

About Author

Avatar

Leave A Reply