Critique Dragon Rouge : Buffet Froid

Dragon Rouge joue la carte du prequel au Silence des Agneaux avec le retour du scénariste original devant la caméra du tâcheron Brett Ratner. Pour un buffet plus que fade.

Dragon Rouge a déjà été adapté devant la caméra de Michael Mann sous le nom de Manhunter. Rendu confidentiel par les succès consécutifs du Silence des Agneaux et du Sixième Sens de M. Night Shyamalan (nom originel du film de Mann), le troisième essai imparfait mais toutefois séduisant du réalisateur prodige regagne ici à être vu lorsque l’on découvre l’incroyable fadeur de cette seconde adaptation.

Hannibal Lecter - Critique Dragon Rouge : Buffet Froid
© Universal Pictures, Dino De Laurentiis Company, MGM, Mikona Productions, GmbH & Co. KG, Pan Productions, Scott Free Productions

Viande froide

Succéder à des pointures telles que Michael Mann, Jonathan Demme et Ridley Scott n’était pas une tâche aisée pour Brett Ratner, alors réalisateur sorti des succès consécutifs de Rush Hour et Family Man. Ce dernier a voulu jouer la carte de la sécurité en s’entourant de proches collaborateurs et de pointures telles que le retour du scénariste oscarisé du Silence des Agneaux, Ted Tally, celui d’Anthony Hopkins, rassuré par la présence du scénariste et d’un casting de premier choix, sous la houlette musicale de Danny Elfman.

Cependant, comme Hannibal, ce n’est pas le menu qui fait le film mais la précision de la recette que l’on applique aux plats présentés. Et le moins que l’on puisse dire c’est que Brett Ratner n’est qu’un fade cuisinier, se contentant parfois de singer Michael Mann et d’user de clins d’œils aux films précédents pour susciter un peu l’intérêt dans un déluge de chair désincarnée qui ne retrouve jamais la tension et la maestria de ses aînés. L’on ne retiendra en tout et pour tout pour seul plaisir que la scène d’introduction, où la malice du célèbre Hannibal Lecter apparaît dans une anecdote chipée au film de Ridley Scott.

Hannibal Lecter - Critique Dragon Rouge : Buffet Froid
© Universal Pictures, Dino De Laurentiis Company, MGM, Mikona Productions, GmbH & Co. KG, Pan Productions, Scott Free Productions

Hannibal lenteur

Le choix de donner plus de présence au personnage désormais incontournable d’Anthony Hopkins est ainsi sans intérêt ne laissant à l’acteur comme au reste d’un superbe casting (Edward Norton, Harvey Keitel, Ralph Fiennes et Emily Watson) que le minimum de présence à assurer. Edward Norton, à qui la teinture blonde ne confère qu’un peu de ridicule, souffre ainsi comme le reste de la distribution de la comparaison avec les interprétations vues dans le Manhunter de Michael Mann et de son sens aigu de la mise en scène qui avait su s’emparer, malgré son récit manichéen parfois brouillon, du côté voyeuriste du tueur dont est issu le roman de Thomas Harris.

Parce que Brett Ratner n’en fait rien d’autre qu’une restitution plate et sans âme dont les choix ne semblent répondre qu’à un cahier des charges établis et au visage d’Anthony Hopkins en gros sur l’affiche, Dragon Rouge n’est ainsi rien d’autre qu’un thriller télévisuel fade et sans intérêt dont les deux heures s’étirent parfois jusqu’au supplice. Où est le climat froid, la présence imposante du célèbre docteur cannibale, et les figures monstrueuses de tueurs détraqués ? Pas ici en tout cas. Dragon Rouge n’a finalement d’impressionnant que son titre.

Dragon Rouge est disponible sur Netflix, Amazon Prime Video, en DVD et Blu-ray.

Avis

4.5 Buffet froid
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Kantain

Cinéphile tout-terrain, mes quatre roues motrices me permettent une exploration culturelle loin des sentiers battus.

Leave A Reply