[Critique] Vinyl S1 : 45 tours et puis s’envole

0

L’épisode pilote de Vinyl , comme on vous le signalait , c’est, autour de la musique, presque deux heures de plaisir à la Scorsese conclues par une fin puissante et terriblement prometteuse.

Mais l’omniprésence de la drogue durant la majeure partie de la saison nous transforme, en son milieu, en spectateur

Ce contenu premium est limité aux abonnés uniquement

Ce contenu est actuellement réservé aux abonnés

Débloquez ce contenu avec Multipass
(Visited 77 times, 1 visits today)

Avis

7,5 Attention aux fausses notes
  • Votre avis (3 Vote) 5.5

À propos de l'auteur

Réagissez !