[Critique] Subway, l’OVNI Rock’n’Roll de Luc Besson

Suite au succès plus ou moins partagé de sa Lucy, revenons plutôt aux sources de ce narrateur populaire nommé Luc Besson. Malgré une réputation à double tranchant, injustement détesté des grandes pontes du cinéma français, il est indéniable que Besson possède un univers bien marqué.

Subway, second long-métrage du réalisateur, reste tout à fait original et inimitable, jusque dans son scénario. Après avoir dérobé des documents importants, Fred, se réfugie dans le métro parisien. Une chasse à l’homme s’organise, mais, au détour d’un couloir, il rencontre Helena, la femme de sa victime.

La magie de Besson opère dès la scène d’introduction, et ce jusqu’à la dernière seconde. Tout est là pour nous envoûter. L’univers fascinant et mystérieux du métro parisien, une palette de personnages à la fois marginaux et attachants, le tout sublimé par la musique d’Eric Serra, ensorcelante.

Et qui d’autres qu’Isabelle Adjani et Christophe Lambert pour ajouter la petite touche de folie en plus ? Le couple est profondément touchant, surtout lors d’une dernière séquence où l’émotion touche le 7ème Ciel.

Subway reste l’un des plus grands films de Luc Besson, le métro devenant le miroir parfait d’une société en pleine mutation. Aussi intelligent qu’artistiquement maîtrisé, chapeau !

Subway est sorti le 10 avril 1985.

Article écrit par Cécile Ravidat.

Avis

9 A voir absolument !
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply