[Critique] Paris Pieds Nus, l’odyssée trébuchante

Paris Pieds Nus signe la quatrième incursion de Dominique Abel et Fiona Gordon dans la sphère cinématographique. Ces deux troubadours, danseurs et clowns continuent d’imaginer des pastilles burlesques reposant sur un décalage au réel. Cette fois-ci, on suit la canadienne Fiona qui débarque sur les terres parisiennes à la recherche de sa tante disparue.

Un plaisir léger comme une bulle de champagne. Dans une suite de cadres fixes, Fiona se perd, croise Dom, qui la perd à son tour, avant de finir en équilibre sur le haut de la Tour Eiffel. Un parcours atypique et absurde raconté selon une mécanique physique où le corps mis en péril signifie les émotions intérieures. Pétri d’une innocence amusante et touchante, Paris Pieds Nus parvient à nous divertir avec un sourire d’enfant qui fait du bien.

Une mécanique limitée. Le plaisir sincère qui anime Dominique et Fiona, doublé d’une esthétique chamarrée, suffit à faire de leur nouveau film une œuvre charmante qu’on aurait tort de critiquer. Il faut reconnaître toutefois qu’un parti-pris aussi tranché amenuise la portée de l’œuvre, qui se résume à une sympathique incartade.

Paris Pieds Nus sort le 08 mars 2017

Avis

7 Divertissant
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply