[Critique] Monster S01 E01-02: sectes, mensonges et cinéma

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans les paysages de polar, on demande le grand Nord norvégien. Comme c’est souvent le cas, les contrées froides et désertiques font de bons environnements de thriller. Monster n’invente pas la roue de ce point de vue là, mais c’est un sacré morceau de télévision… Ou de cinéma ?

Des personnages ambigus et passionnants. On a le droit à une belle brochette d’acteurs aux physiques atypiques qui interprètent des personnages aux intentions troublantes. On ne sait jamais ce qui va se passer par la suite à cause de l’ambiguïté des personnes qu’on suit, ce qui est très fort pour une série dans un secteur très référencé dont on connaît toutes les mécanismes.

Beauté glaciale. On dit souvent que les films et les séries n’ont plus vraiment de différence, Monster ne fait que confirmer cette pensée avec son esthétique cinématographique. La réalisatrice (Anne Sewitsky) réussit un véritable tour de force de mise en scène. Monster n’a rien à envier à la réalisation d’une œuvre comme Top of the Lake de Jane Campion. On a hâte de découvrir la suite !

Les épisodes 1 et 2 de Monster ont été diffusés au Festival Séries mania 2017. La série n’a actuellement pas de date de diffusion en France.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.