[Critique] M.I.A. : AIM, pétard mouillé

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Connue notamment pour ses prises de position et ses frasques médiatico-politiques, Maya Arulpragasam, alias M.I.A., remet une cinquième fois le couvert avec AIM, cette fois plus docile et moins accrocheur que ses prédécesseurs. Et si la féroce tamoule s’était assagie ?

Peu de tubes.
Si le disque s’ouvre sur le puissant et efficace Borders, single paru en février dernier, AIM peine à faire sortir d’autres tubes de son chapeau. La liste des producteurs (le jeune Fakear notamment) affilés à cet opus est pourtant impressionnante. On retrouve néanmoins des morceaux de bonne facture (à commencer par Go Off), convoquant ce qui a fait « le son M.I.A » : rythmiques trap-electro et mélodies indianisantes, combinées au flow vocal particulier, mi-rappé mi-mélodieux, de la sri-lankaise.

Moins tranchant. Si le politiquement incorrect cher à la chanteuse répond bien à l’appel (Borders aborde la situation des réfugiés, une réalité que M.I.A a connue dans son enfance), AIM enchaîne les pétards mouillés à l’image des propos un peu naïfs, louables soit-il, de Foreign Friend ou encore de Fly Pirate. Bien loin de ce qu’elle peut proposer, M.I.A s’en tire tout de même avec les honneurs. Une tamoule assagie mais loin d’être abattue.

AIM de M.I.A. est sorti le 9 septembre 2016. Retrouvez nos autres critiques musicales

Share.

2 commentaires

  1. N’importe quoi vraiment tragique cet article MIA est une artiste engagée et n’a pas du tout pour objectif faire un album de « tubes » comme vous le dites si bien. Si ce sont des tubes que vous cherchez vous vous êtes malheureusement trompé d’artiste.

  2. Un tube non, un morceau efficace (en terme de mélodie, rythmique, ..) qui sert le propos, oui. L’un ne va pas sans l’autre et c’est ce qui manque à cet album selon moi.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.