[Critique Livre] Parents à perpétuité : les parents d’un criminel se confient

1

Quatre ans après la condamnation à perpétuité de leur fils pour avoir violé, tué et brûlé Agnès Marin, une camarade de classe âgée de 13 ans, les parents de Matthieu Moulinas se confient. Dans Parents à perpétuité, ils livrent un témoignage poignant et honnête.

« Notre fils a violé et tué, et nous n’avons rien vu venir. (…) Nous ne savons plus très bien qui nous sommes. Nous aimons toujours notre enfant. Nous restons ses parents. Nous sommes ses parents, à perpétuité. »

Un point de vue inédit. Il n’est pas fréquent de recueillir ainsi le témoignage des parents d’un criminel. Et pourtant, eux aussi sont victimes dans cette affaire, même s’ils ne réclament aucunement ce statut. A travers cet ouvrage, ils retracent leur parcours, celui de leur fils, et quelques ratés judiciaires jusqu’à ce meurtre qu’ils ne comprennent toujours pas.

Un récit d’une grande sobriété. Envahis par la honte et la culpabilité, les parents de Matthieu Moulinas ont attendu 4 ans avant de s’autoriser à témoigner. Dans Parents à perpétuité, ils ne cherchent ni à minimiser, ni à justifier les actes de leur fils. Bien au contraire, ils expriment un immense respect à la famille de la jeune victime, et vont même jusqu’à s’excuser d’être encore vivants. Et d’être des parents qui continuent à aimer leurs enfants, même si l’un d’eux est un « monstre ».

Parents à perpétuité, de Sophie et Dominique Moulinas est paru en juin 2017 aux Éditions J’ai Lu.

[Critique Livre] Parents à perpétuité les parents d'un criminel se confient1

© Éditions J’ai Lu

Advertisement
(Visited 412 times, 5 visits today)

Avis

8.0 A lire
  • 8
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Mélina Hoffmann

Les rubriques littérature et théâtre : c'est moi ! Je suis une rédactrice qui ose (mettre sa vraie photo ! C'est déjà ça.) J'aime les beaux mots, les belles histoires, les belles rimes, et les G Squad. Mon livre préféré ? Oui-oui à la plage, sans hésiter. Pour le suspense. Surtout à la fin, quand le château de sable...

Un commentaire

Réagissez !