Critique Le Voyage de Ricky : une migration qui déplume

0

Avec cet adorable moineau qui se rêve cigogne, Toby Genkel et Reza Memari nous offrent une très belle preuve de courage et d’amitié. Amusant, sympathique et touchant, Le voyage de Ricky, séduit immédiatement grâce à son originalité et sa légèreté.

Une bonne dose de créativité. Entre la perruche musicienne, la chouette schizophrène et le petit Ricky dans le déni, ces drôles d’oiseaux savent faire le show. Tous, réussissent à nous convaincre de leur folie douce, tout en se rendant terriblement aimables. On les accompagne donc avec joie et envie dans cette aventure pleine de surprises, où leurs petites bouilles craquantes nous font véritablement fondre.

Un soupçon de naïveté. Si l’on peut reprocher une chose au film, c’est sa tendance à tout embellir pour maintenir un niveau très élevé de gentillesse. Rien ne doit relever de dureté ou méchanceté et tout se passe toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes. Une vision, un tantinet simplette, qui aurait gagné à être approfondie et étoffée avec de la matière plus négative. Cet optimisme sans faille tend, ainsi, à devenir légèrement fade, rasoir et à créer des longueurs. Le voyage de Ricky propose donc une jolie excursion divertissante, mais qui manque un peu de piquant et d’explosivité.

Le Voyage de Ricky sort le 07 février 2018 et a été présenté hors compétition lors du Festival International du Film d’Animation d’Annecy 2017.

Retrouvez tous nos articles consacrés au Festival International du Film d’Animation d’Annecy 2017 ici.

Advertisement
(Visited 827 times, 3 visits today)

Avis

7,5 Craquant
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Réagissez !