[Critique] Hap and Leonard s01 E01-02 : trois grands, petite série

Dans le Texas des années 80, des personnages inspirés des romans de Joe R. Lansdale se lancent des piques et se combattent pour un hypothétique trésor. Bienvenue dans Hap and Leonard, série très « pulp magazine », un style dont Quentin Tarantino a fait le plus noble hommage avec Pulp Fiction.

Pour l’instant moins sanglante que ce dernier, la série de Nick Damici et Jim Mickle a pour protagonistes deux amis inséparables qui se mettent à chercher une voiture qui contiendrait un million de dollars et qui gît dans une rivière introuvable.

L’intérêt majeur d’Hap and Leonard réside dans la présence de trois géants du petit écran : Michael K. Williams (Omar de The Wire), James Purefoy (Marc Antoine de Rome) et Christina Hendricks (Joan de Mad Men). C’est avec plaisir qu’on regarde ces trois fabuleux acteurs déambuler dans un monde rempli de hippies et de sociopathes. Heureusement d’ailleurs, car la série ne brille pas de mille feux, mais se savoure néanmoins à chacune des répliques épicées de nos trois amis.

Hap and Leonard a été diffusé au Festival Séries Mania 2016.

Avis

6 Sympa
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Nicolas Diolez

Leave A Reply