[Critique] : Frank, la (bonne) prise de tête

Dans le flot de sorties se cache parfois un O.C.N.I., soit un Objet Cinématographique Non Identifié dont la singularité rend l’émission d’un avis clair compliquée. Frank fait partie de ceux-là.

Un jeune loup musicien en manque de reconnaissance intègre un groupe atypique dont le leader ne se sépare jamais d’une grosse tête en plâtre. habité par la puissance gestuelle de Michael Fassbender, Frank provoque une fascination hypnotique chez le spectateur incapable de détacher son regard de ses deux grands yeux peints.

Derrière cette icône sans visage, le film nous amène à repenser la maladie et en sous-texte, l’industrie musicale. Une intention louable, plombée par des longueurs et des séquences alambiquées dont le manque de clarté agace avant de nous réconcilier dans un magnifique final. Inclassable et unique à l’image de ses personnages, Frank est un film qu’on aime détester, qu’on déteste aimer.

Frank sort le 4 février 2015

Avis

7 À découvrir
  • User Ratings (1 Votes) 8.3

About Author

Avatar

Un commentaire

Leave A Reply