[Critique] Bosch S01 E01-02 : Connelly télévisuelle

Les séances se suivent et ne se ressemblent pas à Séries Mania. Mercredi nous découvrions Bosch, inspiré d’un personnage d’un maître du polar : Michael Connelly (La Défense Lincoln). Ce dernier s’offre au passage sa première incursion télévisuelle dans le rôle de producteur exécutif.

En deux épisodes, Bosch a le mérite de ne pas mentir sur la marchandise. Le spectateur se retrouve dans du Connelly pur jus. Un flic de la vielle-école au passé trouble se retrouve empêtré dans une sale affaire tout en jonglant avec un procès sur le dos. Ambiance vieux polar garantie avec un esprit de série policière à l’ancienne. Bienvenu dans un Los Angeles poisseux où derrière le gentil voisin peut se cacher un serial killer.

Bosch captive rapidement par cette atmosphère noire dans laquelle vit le personnage principal, magnifiquement incarné par Titus Welliver. La série se construit à la manière d’un film épisodique où une seule intrigue prédomine à la manière d’un True Detective. Pour convaincre jusqu’au bout, le show devra néanmoins se délester de quelques stéréotypes notamment sur son casting secondaire.

Bosch est diffusé depuis le 13 février sur Amazon

Avis

8 Noir c'est noir, il y a de l'espoir
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply