[Sortie Blu-ray] Yojimbo, et « l’homme sans nom » fût

En 1961, Akira Kurosawa est déjà au sommet de sa carrière. Ses films comme Les sept samouraïs et Rashomon ont eu des succès retentissants aussi bien au Japon qu’à l’étranger. D’ailleurs, c’est bien à l’étranger qu’on commence à s’inspirer fortement du maître. L’histoire de Yojimbo a été copié par Sergio Leone (sans vraiment l’assumer !) dans son film Pour une poignée de dollars, l’oeuvre qui a donné naissance au mythe Clint Eastwood…

Un scénario très divertissant. Le film de Kurosawa est simple dans sa construction et rudement efficace. C’est juste l’histoire d’un rônin (samouraï sans maitre) qui arrive dans un village où règne une ambiance morbide à cause de deux familles qui s’affrontent. Notre samouraï (Toshirō Mifune) va prendre un malin plaisir à manipuler tous ces gens pathétiques. En soi, l’homme sans nom, c’est l’incarnation du spectateur à l’écran. Un plaisir d’identification qui sera parfaitement utiliser par Leone dans ses westerns.

Toute la classe de la mise en scène de Kurosawa, mais un film plus mineur. Malgré l’influence colossale qu’a eu Yojimbo sur l’histoire du cinéma, c’est un long-métrage avec moins d’envergure que la plupart des Kurosawa de cette époque. Néanmoins, un petit Kurosawa reste un grand film, donc on ne se plaint pas.

Yojimbo sort en DVD/Blu-ray le 25 janvier 2017.

(Visited 23 times, 1 visits today)

Avis

7,5 Culte !

Bonus :

- Le Garde du corps : Entretien avec Charles Tesson (32')
- Bande-annonce originale.

Avec en plus un livret de 60 pages écrit par Christophe Champclaux.

  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Leave A Reply