[Critique] American Gods saison 1 : nouvelle religion télévisuelle !

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Après un pilote aussi intriguant qu’hermétique, American Gods a su poser sa marque sur l’environnement télévisuel en proposant un show humaniste, rêveur et viscéral.

Mythologie multiculturelle. La saison 1 de American Gods offre les prémices d’un affrontement entre les anciens et les nouveaux Dieux. Les éléments face aux nouveaux médias. On sort des clichés monothéistes pour admirer l’œuvre des croyances polythéistes. Egyptiens, Grecs ou Scandinaves, les divinités de la série ne sont finalement que des êtres de passage, servant surtout un rite initiatique. Celui du protagoniste, Shadow Moon (Ricky Whittle), un humain pris sous l’aile d’Odin (Ian McShane). Un parfait reflet de notre incrédulité face à un obscurantisme narratif, distillant un regard iconoclaste sur la religion, au sens large du terme.

Chef d’œuvre athée. Visuellement époustouflant, American Gods se targue de voir le retour de la photographie chère à Bryan Fuller, l’ancien showrunner de Hannibal. A base de longs close-ups abstraits, de forts contrastes et de saturation débridée, la forme se veut comme le fond, hypnotique. Une œuvre intimiste, parfois facile dans sa vision hallucinée et ses considérations théologiques, mais qui restera un cru de qualité dont nul ne ressort indemne.

American Gods a terminé sa saison 1 sur Starz, mais une saison 2 est déjà prévue.

(Visited 1 times, 1 visits today)

Avis

8 Amen (la suite) !
  • User Ratings (0 Votes) 0
Share.

About Author

Axel PC

Entre deux passages sur le billard pour ressembler à l’arme X, ce créateur marginal allie réalisation et graphisme à l’écriture pour s’évader vers une galaxie lointaine. À l’affut de toute image mouvante, sa passion pour le cinéma et les séries ne s’estompe que pour fragguer quelques noobs.

Leave A Reply