[Critique] Une femme douce : dans l’antre du loup russe

0

Avec Une Femme douce, le cinéaste ukrainien Sergei Loznitsa impose sa marque dans l’esprit de tout cinéphile qui se respecte. Malgré un rythme narratif difficile d’accès, il réussit à dépeindre la société russe de la plus fascinante des manières.

Un conte moderne kafkaïen . C’est l’histoire d’une femme qui cherche simplement à apporter un colis

Ce contenu premium est limité aux abonnés uniquement

Ce contenu est actuellement réservé aux abonnés

Débloquez ce contenu avec Multipass
(Visited 140 times, 1 visits today)

Avis

8,5 Merveilleux !
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !