Les César manquent-ils d’idées pour le César d’honneur ?

0

Depuis 2009, le César d’honneur, qui récompense l’ensemble d’une carrière, s’apparente à un faire-valoir publicitaire de la cérémonie. Entre Sean Penn ou encore Scarlett Johansson, la statuette revient toujours à une star d’Hollywood. Pas un seul français en sept ans. Pour enfoncer le clou, outre-Atlantique l’Oscar d’honneur a récompensé l’année dernière deux étrangers : Hayao Miyazaki et le français Jean-Claude Carrière.

En 2016, le choix de l’Académie se porte sur Michael Douglas, une seconde fois après son César d’honneur de 1998. Dans un communiqué de presse, l’institution explique que : « son parcours unique dans le cinéma américain fait de lui une star absolue, devenue une légende de son vivant ». Elle mentionne Wall Street, Basic Instinct ou Vol au-dessus d’un nid de coucou… Des films qui datent majoritairement d’avant 1998 et qui sont pleinement récompensés par le premier César d’honneur.

Le principe de ce César n’est-il pas d’inscrire dans le bronze les personnes illustres du patrimoine cinématographique français et mondial ? Entre Michel Piccoli et Jean-Louis Trintignant, on n’en manque pas, pourquoi tourner en rond ? Dans les années à venir, on espère une remise en question de l’institution avant qu’elle n’invite Michael Douglas pour la troisième fois en 2034.

Découvrez la présentation de Florence Foresti pour la cérémonie

Advertisement
(Visited 55 times, 2 visits today)

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !