[Critique] Golem, le tueur de Londres au doux parfum Lovecraftien

0

Peu avant Jack L’Éventreur, il y a eu Golem. Et bien avant le brouillard de The Mist, il y a eu Edgard Allan Poe, maître absolu de l’horreur insaisissable lu à la lueur d’une bougie. Pour sa première escapade en terre anglaise, le réalisateur Juan Carlos Medina choisit de concilier ces deux mythes en réalisant Golem, le tueur de Londres. Bien lui en a pris.

Une terreur enracinée dans l’esprit. Un bon thriller repose en partie sur un mystère savamment dissimulé. Quand l’élément fait défaut, la tension peut alors naître de la manière avec laquelle un cinéaste plonge en toute sincérité dans son intrigue. Soit exactement ce que Golem réussit à faire. Medina fait ressurgir tout en révérence le parfum du crime malsain, de la perversité meurtrière qui fascine tant notre côté obscur.

Une reconstitution somptueuse. Loin de n’être qu’un artisan dopé au formol, Medina redonne ses lettres de noblesse à l’Angleterre de la fin du 19e siècle. Sa photographie somptueuse et son souci du détail rappellent les images les plus fameuses de Lovecraft. Le phrasé littéraire de l’époque est savamment repris par une galerie d’acteurs fameux, donnant à ce Golem l’allure d’un thriller psychologique parfaitement dérangeant.

Golem, le tueur de Londres sera disponible en Blu-Ray, DVD & VOD le 23 janvier 2018. Il a été présenté au PIFFF 2017 qui a rendu son palmarès ce dimanche 10 décembre 2017.

Advertisement
(Visited 69 times, 5 visits today)

Avis

8 Excellent
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !