Cannes 2018 – Critique Gueule d’ange : le danger du mélodrame

0

Gueule d’ange est le récit d’une mère irresponsable (Marion Cotillard) et de sa fille (la fameuse gueule d’ange). Pendant un temps, le film impressionne, mais très rapidement il tombe dans le mélodrame pompeux et prévisible.

Une réalisation dynamique et des acteurs talentueux. La réalisatrice Vanessa Filho fait un travail remarquable pour nous entrainer dans le tourbillon de la vie de ces deux êtres. Par sa mise en scène, elle donne de l’espace à ses actrices pour s’exprimer. Ce qui permet à Marion Cotillard de livrer une prestation de haut vol, démontrant une nouvelle fois tout son talent, et à une excellente jeune actrice de se révéler au monde du cinéma.

Et puis : le drame. Tout d’un coup, les mécaniques narratives deviennent visibles et prédictibles jusqu’à un final parfaitement bateau et cliché. Le réalisme de la première partie est rattrapé par l’envie de raconter une histoire puissante de la part de la cinéaste. À trop vouloir en faire, Vanessa Filho nous fait perdre l’émotion… Ce qui est quelque peu paradoxal pour un mélodrame.

Gueule d’ange sortira le 23 mai 2018 chez nous

Retrouvez tous nos articles consacrés au Festival de Cannes 2018 ici

Advertisement
(Visited 1 times, 97 visits today)

Avis

5 Correct
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !