[Critique] Une vie : pas vraiment un long fleuve tranquille…

0
Share Button

« Il faut trahir pour être fidèle ». Cette phrase de Stéphane Brizé, réalisateur d’Une vie, n’aura jamais autant été vraie pour son film. Un moyen de bien mieux retranscrire l’œuvre complexe de Maupassant.

Un film profondément naturaliste… Et très « maupassantien » de surcroîts dans ses ambiances, ses expressions de visages et la précision de ses dialogues. Un respect du courant littéraire cher à l’écrivain et de son œuvre, à travers les croquis présentés par Jeanne à sa bonne, ou encore le diagnostic du médecin, très savant. Stéphane Brizé a su rendre avec une précision chirurgicale l’atmosphère si particulière au roman de Guy Maupassant sans en faire des tonnes, et c’est plutôt une réussite.

Un choix audacieux, mais pas forcément payant. L’idée de ne pas suivre linéairement le roman est intéressante, mais on s’y perd un peu au début, surtout si on n’a pas lu le roman avant de se rendre en salle. Tout n’est pas forcément cohérent. Mais l’intention du réalisateur n’est peut-être pas dans la retranscription précise de l’histoire, puisque se dégage du film plus un sentiment qu’un récit, et c’est peut-être ce que recherchait Stéphane Brizé, pour mieux retranscrire l’œuvre de Maupassant.

Une vie sort le 23 novembre 2016 dans les salles

(Visited 93 times, 5 visits today)

Avis

6 Poétique, mais sans plus
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !