[Test DVD] Metropolitan, l’ennui bourgeois

0
Share Button

Whit Stillman rencontre avec son premier long-métrage, Metropolitan, un succès d’estime prometteur : oscar du scénario, œuvre devenue en une niche culte… On y suit les conversations philosophico-sociétales d’une bande d’amis d’une certaine bourgeoisie new-yorkaise déclinante le temps d’un Noël décoratif. Soit tout le style détaché et verbeux de son auteur qu’on adore ou qu’on abhorre.

Pour l’auteur de ses lignes, l’expérience s’est montrée particulièrement désagréable, ramenant à la mémoire l’insupportable mélodie nombriliste de Damsels in Distress (dernier film du bonhomme). Stillman tisse une architecture qui repose entièrement sur le jeu référentiel du dialogue et le fait s’incarner par de jeunes gens paraphrasant ce jeu de ping-pong verbal en un écho terne et creux.

Limité par son manque de moyens, l’auteur affiche pourtant une tendre ironie pour sa jeune caste bourgeoise, apportant un cachet singulier à ce Metropolitan. Sauf que sa propension à noyer de savoureux échanges sous une direction placide et statique persiste à éloigner l’audience. Gare à qui n’accrocherait pas dès les premiers instants à cette proposition de marivaudage très consciente de son propre statut.

Metropolitan est disponible en DVD & VOD.

(Visited 1 times, 1 visits today)

Avis

6.5 Ennui construit

Ayant bénéficié d'une ressortie salles l'année dernière, Metropolitan se présente en une édition DVD soignée du catalogue Blaq Out. Ayant bénéficié de moyens très réduits, le film se montre pourtant sous un jour pimpant et éventé d'une granulosité jamais parasite. Un beau travail qui se double d'une seule piste sonore VOST limpide, laissant ressortir les dialogues sans sacrifier les entrainantes compositions jazzy.

Côté bonus, la seule interview de Whit Stillman permet de découvrir un auteur à l'image de ses films: une élocution lente pour des secrets jamais éventés. Le réalisateur se concentre surtout sur l'expérience en système D du tournage et de ce que cela aura impliqué pour la fabrication du film. Un bonus fort intéressant et à saluer pour un film aujourd'hui connu principalement d'une certaine niche.

  • Film 4
  • Image 8
  • Son 8
  • Bonus 6
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !