[Rencontre] Oliver Stone sur Snowden : « Il fallait tuer le messager ».

0
Share Button

Avec Snowden, Oliver Stone continue un (bon) cinéma engagé en s’intéressant à une personnalité décriée. Alors ce lanceur d’alerte est-il un héros ou un vilain ? Le réalisateur répond.

« La meilleure chose à faire est de regarder le film et de voir ce qu’il a accompli ». Pour Oliver Stone, Snowden a partagé ses données avec les journalistes « pour le bien du peuple », « j’ai beaucoup d’admiration pour eux (NDLR : les lanceurs d’alerte) » face à un peuple américain qui a tendance à être « apathique ». « Les gens se disent qu’ils n’ont rien à cacher, mais en vieillissant, on finit tous par avoir des secrets ».

Dès ses premières rencontres avec l’homme en question, il est devenu évident pour le cinéaste qu’il fallait montrer comment il en était arrivé là. Dans cette affaire, on a eu tendance à délaisser le message pour « tuer le messager ».

Quant au problème soulevé par son film, Oliver Stone déplore cette politique de surveillance « de masse » : « Plus on cherche, moins on voit ». Et si internet permet encore l’éclosion de penseurs libres, le cinéaste reste méfiant à l’égard du flou législatif qu’utilisent les gouvernements pour collecter des données sur leur population, « et vous devriez l’être aussi ! ».

Snowden d’Oliver Stone sortira le 1er novembre 2016. Retrouvez notre critique du film

(Visited 73 times, 1 visits today)
Partagez

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Réagissez !