Le Festival de Vesoul, passerelle entre l’Orient et l’Occident

0
Share Button

Des danseuses thaïlandaises, Patrice Leconte filmant Cambodge et le cri orgasmique d’une femme Bengali, « la langoureuse Asie » était représentée à travers neuf long-métrages inédits en compétition. Le Festival International des Cinémas d’Asie de Vesoul confirme ainsi sa place de passerelle interculturelle. Une passerelle symbolisée par la section « entre l’Orient et L’Occident ».

Nous y avons croisé des acteurs et des réalisateurs de tout horizon ainsi que…Patrice Leconte. Le réalisateur des Bronzés et de Ridicule est venu nous présenter son film sans acteurs ni dialogues, Dogora, sorti en 2004. Encore aujourd’hui, son escapade sensorielle au Cambodge continue de séduire les spectateurs.

Pour cette 22ème édition, nos coups de cœur vont Being Good d’O Mipo et Under Construction de Rubaiyat Hossain. Un mot également pour le documentaire Garuda Power de Bastian Meiresonne qui nous a sensibilisé à l’art du cinéma d’action Indonésien, de « Asian Superman » à The Raid 2 en passant bien évidemment par les films avec Barry Prima. Et enfin, mention spéciale à la section Japanimation, avec Miss Hokusai de Hara Keiichi, adaptation du manga Sarusuberi d’Hinako Sugiura et Le Garçon et la Bête d’Hosoda Mamoru.

Retrouvez l’ensemble du palmarès de la compétition ici et en attendant, voici notre vidéo de l’événement :

(Visited 29 times, 2 visits today)
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !