[Critique] Une mère, amour & haine

0
Share Button

Après Mommy de Xavier Dolan… Après La Tête haute d’Emmanuelle Bercot… Arrive le film de Christine Carrière avec Mathilde Seigner sur une mère et son enfant adolescent qui sombre dans la délinquance. Ainsi, il y a beaucoup d’ « après » et on le sait tous : c’est toujours énervant d’arriver en troisième position.

Malgré tout, il ne faudrait pas manquer ce beau film qui offre à Mathilde Seigner l’occasion de briller. Toute la fatigue du monde se lit sur son visage. Elle déteste son fils pour ce qu’il fait, mais elle ne peut s’empêcher de le défendre en dépit de toutes les horreurs. Le paradoxe de l’amour et de la haine à la fois.

De nombreuses imperfections jalonnent le long-métrage : une musique qui détonne légèrement, un rythme pas toujours bien manié, une mise en scène en deçà d’un Xavier Dolan (toujours ce « après » qui empêche de juger l’œuvre à sa juste valeur). Mais c’est un film réalisé avec beaucoup de passion, dédié dès le générique d’ouverture à la mère de la cinéaste. Alors si vous pensez ne pas en avoir assez vu sur le sujet, ce film est pour vous !

Une mère a été diffusé en avant-première au Champs-Élysée Film Festival 2015 et sort au cinéma le 24 juin 2015.

(Visited 4 times, 1 visits today)

Avis

7 À découvrir
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !