[Critique] Un Moment d’égarement pour Jean François Richet ?

0
Share Button

Un Moment d’égarement est un hommage du producteur Thomas Langmann à son père, Claude Berri, réalisateur de la première version de 1977. Un hommage pleinement raté…

Ce reboot, annoncé comme une comédie dramatique réalisée par Jean François Richet, semble déjà mal catégorisé. L’humour est très mal dosé. Le personnage le plus drôle, du père exaspéré et exaspérant interprété par François Cluzet apparaît alors comme une véritable redite de son rôle dans les Petits Mouchoirs, ne rendant ses réactions que plus fades.

Ce film, plus dramatique qu’il n’en à l’air, traite des relations entre deux pères et leurs filles, bien plus que de l’amourette entre un père et la fille de son meilleur ami. Les situations, loin d’être drolatiques (ce qui est plus propre à l’œuvre de Claude Berri), sont présentées d’une manière acerbe et cruelle et nous plongent dans un fatalisme angoissant. Tout cela ne fait que nous mettre mal à l’aise, loin des aspirations d’un long-métrage se voulant humoristique. Les performances de Vincent Cassel et de Alice Isaaz semblent être les uniques points positifs, avec une bande son plutôt efficace (Gesafelstein…).

Le moment d’égarement est peut-être d’avoir envisagé de faire une nouvelle version de ce film…

Un moment d’égarement est sorti le 24 juin 2015

Article écrit par Quentin Moyon.

(Visited 138 times, 9 visits today)

Avis

2 Un moment d'égarement
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !