[Critique] Turbo Kid : Canadian rules !

0
Share Button

Présenté dans le cadre de la séance de minuit, Turbo Kid, réalisé par François Simard, Anouk Whissell, Yoann-Karl Whissell, est un film canadien récréatif adressé à la Génération 80-90. De Mad Max à Total Recall en passant par les Power Rangers et Waterworld, vous la sentez l’arôme douceâtre de la madeleine de Proust ? Pour notre part, on a apprécié la recette Turbo Kid, s’abreuvant jusqu’à plus soif de la BO kitsch signée Le Matos.

Turbo Kid se déroule dans un monde futuriste désertique -plus exactement en 1997- où l’eau potable est devenue une denrée rare. Un gamin solitaire et débrouillard nommé le Kid essaie de survivre, mais voit son quotidien bouleversée par l’apparition de la pétillante Apple, une jeune fille à l’humour débordant. Les deux ados vont devoir unir leur force contre l’infâme Zeus incarné par l’emblématique Michael Ironside.

Turbo Kid dégage un charisme incroyable, évitant de tomber dans le piège de la parodie lourde ou du clin d’œil poussif. Il est incroyablement frais, divertissant, trash et créatif. Un véritable cousin lointain de Kick-Ass. On réclame avec enthousiasme un Turbo Kid 2 : la revanche de Zeus.

(Visited 3 times, 1 visits today)
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !