[Critique] Thee Oh Sees : A Weird Exits et on en veut encore !

0
Share Button

On ne les arrête plus. Sortant avec une régularité métronomique depuis 2003 un, voire deux albums par an, Thee Oh Sees remettent le couvert en 2016 avec A Weird Exits, un dix-septième album oscillant entre brûlots garage rock et longues envolées psychédéliques.

Quatre baguettes svp ! – Si la formation californienne amenée par l’hyperactif John Dwyer reste fidèle à sa recette fuzz/reverb poussées à 11, le combo, renouvelé depuis le départ de trois membres clés en 2013, s’est offert les services des deux batteurs qui l’accompagnaient déjà sur leur dernière tournée. Un changement de line-up qui fait la différence puisque A Weird Exits met l’accent sur de longs morceaux pyschés (Unwrap The Fiend Pt. 2, Jamned Enntrance) basés sur la rythmique, le chant de Dwyer se faisant, lui, plus discret qu’à l’accoutumé.

Hot Fuzz- Pour autant, pas question de faire dans la dentelle. Thee Oh Sees délivre un album aussi jouissif que son précédent effort, Mutilator Defeated At Last. Dead Man’s Gun, qui ouvre la marche, est un pur concentré de rock fuzzy avec une grosse énergie punk. Ticklish Warrior et Gelatinous Cube (LE morceau de cet album) sont dans la même veine, conférant à l’ensemble de A Weird Exits le statut de favori au titre de l’album le plus bouillant de 2016.

A Weird Exits des Thee Oh Sees, sorti le 12 août 2016.

 Pour aller + loin

(Visited 57 times, 2 visits today)

Avis

8 Abrasif
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Bronco

Si je suis chargé de la critique de galettes en tout genre, cinéma et musique forment les deux mamelles de ma culture. D'Abba à Zappa, d'Alien à Zoolander, tout y passe, rien (ou presque) ne trépasse.

Réagissez !