[Critique] The Tree of Life : Terrence Malick en Grâce

0
Share Button

« Les religieuses nous ont appris qu’il y avait deux chemins pour traverser la vie, le chemin de la nature et le chemin de la grâce. On doit choisir lequel suivre. » Cette réplique est sans doute la plus représentative de l’oeuvre de Terrence Malick.

The Tree of Life entrecroise une aventure intime, celle de Jack (interprété par le jeune Hunter Mc Kareken et Sean Penn) et une aventure terrestre : celle de l’évolution. Jack sera tiraillé toute sa vie entre ces deux conceptions, représentées par son père (Brad Pitt) un homme violent et sa mère (magnifique Jessica Chastain) douce et sensible.

Le cinquième long métrage de Terrence Malick (Les Moissons du ciel, La ligne rouge…), Palme d’or 2011 à Cannes est sans nul doute une œuvre complexe et dense, à l’image de l’immense 2001 : l’Odyssée de l’espace de Kubrick ou du plus récent The Fountain de Darren Aronofsky. Le sacré et le profane s’interrogent et offres des instants de grâce cinématographique parfois incompris mais, qui ne manqueront pas de nous interpeller.

Claque visuelle et sonore parfaitement maîtrisée, sous sa carapace, The Tree of Life aborde finalement de concepts simples et universels : l’amour, la fratrie, la vie tout simplement et ce que nous décidons d’en faire.
Une œuvre sensible à découvrir !

The Tree of Life est sorti le 17 mai 2011

Article écrit par Sarah Lehu

(Visited 10 times, 2 visits today)

Avis

8 Éblouissant
  • Votre avis (4 Vote) 5.3
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !