[Critique] Rester vertical : l’horreur des responsabilités

0
Share Button

Pour l’info tout court, Rester vertical avait le défi difficile (ou facile) d’être le premier long-métrage visionné de la compétition dans une séance matinale au bon goût cinéphile. Les applaudissements ont été timides à la fin de la projection et il est vrai que le film d’Alain Guiraudie a de quoi déstabiliser par son ton et surtout par certains choix de réalisation.

C’est le récit d’un scénariste qui cherche à écrire une histoire, mais qui l’utilise comme prétexte pour fuir ses responsabilités… Jusqu’à se retrouver avec un bébé à nourrir. Le réalisateur s’intéresse à un personnage qui tourne littéralement en rond, qui vogue d’un être à un autre et qui découvre ainsi ce qu’est la vie.

La mise en scène peut déranger des esprits sensibles par son absence de tabou (salvateur !) avec des gros plans osés comme celui d’un accouchement où on est réellement aux premières loges. C’est la première force de Rester vertical, la seconde c’est son casting avec en tête un surprenant Damien Bonnard, délicat et réservé. Le film ne gagnera certainement pas de récompense à ce Festival de Cannes 2016, mais il apporte une touche d’originalité indéniable.

Rester vertical sort le 24 août 2016 après une présentation en compétition lors du Festival de Cannes 2016.

(Visited 21 times, 1 visits today)

Avis

7 Intrigant !
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !