[Critique] Le Pape François, biopic divinement ennuyant

0
Share Button

Pas la peine de passer par quatre chemins, ce film espagnol-argentin montre un point fondamental (et cruel) de notre monde : on a beau être Pape, on n’échappe pas à son biopic sirupeux et scolaire… Bienvenue dans la critique du Pape François.

Ce long-métrage est la définition même de l’académisme. À 22h30 sur HD1 un soir où vous allumez la télévision pour ne plus entendre le bébé de l’appartement du dessus pleurer serait un bon créneau pour regarder Le Pape François. Rien dans le film ne sort de l’ordinaire, tout est platement écrit et mis en scène, tout est dans la performance – certes bonne de Dario Grandinetti – dans le rôle de Padre Jorge (François).

Qui plus est, c’est un éloge sans discernement. À aucun moment Padre Jorge ne paraît déstabilisé. Il a toujours les bons mots pour faire rire, réfléchir, ou tout simplement clouer le bec à une ordure aussi finement écrite que dans un épisode de Plus belle la vie. Le film est réalisé par des gens aveuglés par l’amour qu’ils portent pour le Pape. D’une certaine manière, c’est touchant, mais c’est surtout terriblement naïf et ennuyant.

Le Pape François sort le 28 septembre 2016.

(Visited 98 times, 3 visits today)

Avis

3 Palme de l'académisme
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !