[Critique] L’Odyssée : dans les eaux troubles de Cousteau

0
Share Button

Après les mouvementés Largo Winch 2 et Zulu, Jérôme Salle se pose en peu pour plonger aux côtés du commandant Cousteau dans une Odyssée d’une déconcertante beauté.

Un choc visuel. Bénéficiant d’un budget plus que conséquent, Jérôme Salle a pu laisser libre court à son ambition visuelle et donner vie à un monde marin tout simplement sublime. Digne de films comme Le Grand Bleu, Il multiplie les prises de vues plus spectaculaires les unes que les autres aux quatre coins du monde mettant ses acteurs face à des requins, des baleines et surtout face à l’immensité obscure de l’océan. Des images à couper le souffle que seul Cousteau avait pu filmer à son époque.

Un portrait sombre. Outre son côté explorateur, le mythique homme au bonnet rouge en prend également pour son grade. Derrière le « héros », se cachent plusieurs zones d’ombres que Jérôme Salle prend plaisir à mettre en lumière dont sa mégalomanie et sa relation houleuse avec ses enfants particulièrement Philippe. Lambert Wilson et Pierre Niney crèvent l’écran dans ce duo si différent et pourtant tiraillé par leur amour. Un amour qui poussera le commandant à changer sa vision du monde et à apprendre de ses erreurs donnant ainsi à ce portrait sombre du commandant une belle lueur d’espoir.

L’ Odyssée sort le 13 octobre 2016.

(Visited 322 times, 7 visits today)

Avis

9 Sublime
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Elodie Suzanna

Sheldon Cooper d’ITC autant barrée que mordue de SF, conçue comme un patchwork de la culture anglo-saxonne avec un grand faible pour l’inconnu et les projets indépendants. Véritable disciple de la grande Daria Morgendorffer.

Réagissez !