[Critique] No land’s song, le féminisme vocal

0
Share Button

No land’s song traite de la femme mais aussi des frontières invisibles entre les pays. A travers le combat d’une artiste iranienne pour chanter en soliste dans son propre pays, Ayat Najafi réalise un long-métrage qui surprend et bouleverse.

En Iran, les femmes n’ont pas le droit de chanter seules et en public. Une interdiction impensable en France, mais qui existe pourtant. Sara Najafi va essayer de la détourner, avec l’aide d’autres chanteuses telles que Jeanne Cherhal.

Le documentaire est intelligemment réalisé, le propos est pertinent et le combat est noble. Les participants au projet, eux, sont passionnés et bouleversants de sincérité. Que demander de plus ?

Le spectateur vibre avec ces femmes et ces hommes, tous musiciens et tous engagés. L’humour et l’ironie s’invitent même lorsqu’une chanteuse explique par exemple qu’elle doit donner des cours de chant à des hommes sans chanter…

En résumé, No land’s song est un film combatif, féministe et délicieusement réflexif qui mérite une plus grande renommée.

No land’s song n’a pas de date de sortie en France. Il a été présenté dans la section Par amour de la musique au festival de Cabourg 2015.

Article écrit par Marie Salammbô.

(Visited 28 times, 1 visits today)

Avis

9 Féministe
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !