[Critique] Loving, l’amour est plus fort que les lois

0
Share Button

Il y a à peine deux mois sortait le précédent film de Jeff Nichols, Midnight special. Il faut croire qu’il était pressé de raconter l’histoire de Loving, inspirée de faits réels, à propos d’un homme blanc (Joel Edgerton) et une femme noire (Ruth Negga) qui se marient dans l’Etat de Virginie avant même la lutte pour les droits civiques. Je vous laisse imaginer le problème.

La violence physique est totalement absente à l’image. Tout se passe dans la tête des personnages, dans les regards qui veulent en dire long, dans les non-dits. C’est un mal interne, dangereux et vicieux. Nichols réalise un long-métrage loin des clichés et des tares typiques d’un cinéma qui s’inspire de faits réels bouleversants, mais qui les traite en cherchant le sensationnalisme. Ainsi, on découvre un drame intime abordé de la plus douce et intelligente des manières.

À la fin de la projection cannoise, les applaudissements ont été chaleureux et amplement mérités. Le titre Loving, qui prend plusieurs sens dans l’histoire (nom des personnages, thème), incarne à lui seul les subtilités de ce film tout simplement brillant.

Loving n’a pas encore de date de sortie française et est présenté en compétition lors du Festival de Cannes 2016.

(Visited 31 times, 5 visits today)

Avis

8,5 Grand film !
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !