[Critique] Les chaussures italiennes : à la bonne taille

0
Share Button

Il y a des romans qui prennent aux tripes et dont on ne sort pas indemne. Les chaussures italiennes est un de ceux-là. Fredrik Welin, chirurgien à la carrière brisé vit reclus sur une île en Suède. Son seul visiteur est un facteur hypocondriaque et qui n’apporte que rarement du courrier. Mais un jour, une femme débarque sur son île, une femme qu’il a connût il y a bien longtemps…

Envie de rire et de vous divertir? Circulez, y a rien à lire ! Doux-amer, Les Chaussures Italiennes est un récit au rythme envoûtant où l’on suit le long cheminement de deux êtres rongés par le remord et voués à se perdre le cœur lourd de regrets, et l’âme meurtrie à jamais. Henning Mankell, maître du polar, nous montre qu’il excelle aussi dans le genre du roman.

Mankell développe un thème universel : celui de la lutte contre nous-mêmes, le soi comme pire ennemi du moi. L’écriture est simple, et chaque funeste et funèbre tranche de vie trouve sa légitimité dans ce roman. Malgré la beauté de l’histoire, la grandeur de certains actes et la richesse des sentiments, il faut s’accrocher à la lecture de ce roman puissant et déchirant. A dévorer si vous ne traversez pas une période de spleen.

Les chaussures italiennes est paru le 8 octobre 2009 aux Éditions Broché

Article écrit par Ella Kay

(Visited 25 times, 1 visits today)

Avis

8 Envoûtant
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !