[Critique] Le Labyrinthe : la terre brûlée : The Last of Us

0
Share Button

On les croyait sortis du Labyrinthe du Young Adult et rebelote, Minho (le vrai héros, sans se mentir) et sa bande n’ont clairement pas vu Game of Thrones et se retrouvent une nouvelle fois au cœur d’une machination à base d’élus et de méchants adultes.

À partir de là et n’en déplaise aux critiques américaines, Le Labyrinthe : la terre brûlée offre du rythme et une galerie de personnages sympathiques. Cet épisode de transition (il faut appeler un chat un chat) propose pas mal de contenu, voire un peu trop, et on a même droit à une séquence littéralement pompé du jeu The Last of Us. Si on en rigole jaune, il faut en reconnaître le caractère distrayant.

De plus, contrairement à ses homologues (Hunger Games, Divergente et cie), Le Labyrinthe : la terre brûlée continue de ne pas sombrer dans l’histoire d’amour à l’eau de rose, la demoiselle méritant d’ailleurs quelques baffes. Alors certes, hormis ce genre d’exception, la saga de Wes Ball sombre davantage dans le cliché et la redite, mais la base semble assez solide pour en supporter le poids, au moins pendant encore un épisode.

Le Labyrinthe : la terre brûlée sort le 7 octobre 2015

(Visited 175 times, 10 visits today)

Avis

6,5 Distrayant
  • Votre avis (3 Vote) 9.2
Partagez

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Réagissez !