[Critique] La Vie Pure : le Man vs Wild de Guyane

1
Share Button

La Vie Pure s’inspire de l’histoire vraie de Raymond Maufrais, un jeune français parti seul à l’aventure en 1949, sur un territoire inexploré de la forêt amazonienne. De sa disparition ne subsiste qu’un carnet de voyage et les efforts d’un père pour le retrouver.

Surfant sur la vague des émissions d’aventures extrêmes, le réalisateur Jeremy Banster nous propose un premier long-métrage à mi-chemin entre la série américaine Man vs Wild et le film Into the Wild. Tournée en Guyane à 45 minutes environ de Maripasoula, l’œuvre projette le spectateur dans une forêt primaire, verdoyante mais dangereuse, si proche des récits d’Albert Londres.

Le film se déroule tranquillement tel le fleuve Mana, en épousant également ses remous, ses sursauts. La lutte pour la survie y est intense, un Bear Grylls aurait été bienvenu. La performance du jeune Stany Coppet qui a été jusqu’à perdre 18 kilos pour son rôle, nous scotch. Sa douleur, ses privations et ses frustrations transcendant l’écran. Difficile alors de ne pas adhérer au personnage grâce à un jeu d’acteur mis en valeur par le couple formé par Aurélien Recoing et une Elli Medeiros au bord de la folie…

La Vie Pure sort le 25 novembre 2015 dans nos salles.

(Visited 75 times, 8 visits today)

Avis

9 Une aventure plus que réussie... pour nous !

Le carnet de Raymond Maufrais et le livre écrit par son père ont tous deux été publiés chez Julliard sous les titres "Aventures en Guyane" et "A la recherche de mon fils".

  • Votre avis (1 Vote) 9.2
Partagez

À propos de l'auteur

Ida Gonthier

Présidente et directrice des publications, elle gère l'ensemble de toutes les petites missions qui font fonctionner la société. Elle s’occupe également de la section jeu vidéo soutenue par ses terribles acolytes !

Un commentaire

  1. Un film époustouflant, émouvant et inspiré. Très belle qualité d’image au plus près des acteurs et grande performance de ces derniers. On en sors positivement remué. Ne pas passer à côté.

Réagissez !