[Critique Blu-ray] La Taverne de la Jamaïque : « plus réussi est le méchant, plus réussi sera le film »

0
Share Button

Avant de traverser l’Atlantique pour tourner Rebecca, Hitchcock a réalisé La Taverne de la Jamaïque, adapté d’un autre roman de Daphné du Maurier. Pour le maître du suspense, c’est une incursion assez inhabituelle dans le film exotique peuplé de contrebandiers et de naufrageurs. Pas très hitchcockien, me direz-vous ?

« Plus réussi est le méchant, plus réussi sera le film ». On se souvient de ce fameux dicton du réalisateur. Or, avec Charles Laughton pour incarner un aristocrate fourbe et malsain, cette phrase prend tout son sens. La performance de Laughton est sidérante – pourtant caricaturale, mais jamais fausse dans cet univers filmique. Il interprète un antagoniste d’exception digne des plus grands méchants de la filmographie d’Hitchcock.

La Taverne de la Jamaïque est un jeu de chat et de la souris : le spectateur sait qui est l’ennemi, mais les héros n’en savent rien – entre autres, l’excellente Maureen O’Hara – et ils s’évertuent à traquer un homme invisible qui a toujours une longueur d’avance. Par l’utilisation de cette ironie dramatique, le cinéaste joue avec nos nerfs comme à son habitude… Du pur Hitchcock !

La Taverne de la Jamaïque sort en DVD/Blu-ray le 6 avril 2016 chez Carlotta.

(Visited 12 times, 2 visits today)

Avis

8.3 Passionnant !

Outre la superbe qualité de cette édition Blu-ray du film remastérisé en 4K (plaisir des yeux et des oreilles), il faut regarder l'entretien avec Donald Spoto, auteur de la Face cachée d’un génie : la vraie vie d’Alfred Hitchcock. On découvre l'envers du décor, avec entre autres, les caprices de Charles Laughton, le pourquoi du comment de la présence de Maureen O'Hara et bien entendu, des informations sur Hitchcock !

Une belle édition de la part de Carlotta pour ceux qui souhaitent découvrir des films plus méconnus du cinéaste britannique.

  • Film 8
  • Image 9
  • Son 9
  • Bonus 7
  • Votre avis (1 Vote) 7.3
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !