[Critique] Je suis mort mais j’ai des amis… ou pas !

0
Share Button

Bouli Lanners (De rouille et d’os) et Serge Riaboukine (La Tour Montparnasse Infernale) réunis dans un film complètement barré… C’est le pari de Guillaume et Stéphane Malandrin avec Je suis mort mais j’ai des amis.

L’histoire tourne autour d’un groupe de rock, dont le chanteur meurt accidentellement. Les quatre membres restants décident de maintenir la prochaine tournée à Los Angeles, pour rendre hommage à leur ami. Un périple qui va finir par ressembler à une anarchie totale…

Les personnages se perdent dans l’intrigue et le spectateur aussi. Et les acteurs, pourtant tous excellents, sont parfois en roue libre, plongeant lentement dans l’excès. Le film peine donc à convaincre. La faute à une morale mal expliquée et à des scènes totalement loufoques, qui donnent au long-métrage des airs de grand n’importe quoi.

En bref, l’entreprise était noble, les interprètes finement choisis mais les réalisateurs ne vont pas au bout de leur propos. Regrettable !

Je suis mort mais j’ai des amis sort le 22 juillet 2015 en France. Il a été présenté dans la section Panorama (prix du public) au festival de Cabourg 2015.

Article écrit par Marie Salammbô.

(Visited 3 times, 1 visits today)

Avis

5 Déjanté
  • Votre avis (1 Vote) 10
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !